Ça sort quand?
N°2 – éd du 7 novembre

Olivier Gourmet illumine actuellement nos écrans dans L’Exercice de l’État. Les Géants et La Fée sont toujours à l’affiche de nos salles. C’est la fête… Et ce mois de novembre sera l’occasion de découvrir au cinéma d’autres films belges ainsi qu’une poignée de longs métrages français emmenés par des acteurs de chez nous.

Comme chaque mois, explorons ensemble le calendrier des semaines à venir… Histoire de ne pas louper un rendez-vous alléchant faute d’informations.

 

Toutes nos envies, le formidable mélo remarqué au FIFF, avec Vincent Lindon, Marie Gillain et Yannick Renier, sort ce mercredi 9 novembre. Préparez vos mouchoirs, car l’émotion risque de vous remuer les tripes. Yannick, le demi-frère (aîné) du blondinet Jérémie est d’ailleurs doublement à l’honneur durant cet automne puisqu’il épaule Jean-Pierre Darroussin dans une coproduction franco-belge, De Bon Matin, où un employé modèle se pointe un beau jour au bureau et abat deux de ses supérieurs. Le film est déjà distribué et (au moment d’écrire ces lignes) visible à Namur et Bruxelles. Cela nous fait deux drames poignants pour un Yannick convaincant, incontestablement sur la pente ascendante.

 

[Yannick Renier et Jean-Marc Moutout, le réalisateur de De Bon Matin]


Beaucoup plus léger et pétillant, Mon Pire Cauchemar, d’Anne Fontaine confronte Benoit Poelvoorde à Isabelle Huppert. Avec Virginie Efira en arbitre. Cette comédie pétaradante sort également le 9 novembre, de loin le mercredi le plus agité de cette fin d’année pour le cinéma belge puisque Bruxelles et la Flandre salueront comme il se doit l’arrivée du Cochon de Madonna (Het Varken van Madonna), une sucrerie flamande, décalée et apparemment irrésistible, signée par le revenant Frank Van Passel (Manneken Pis).



Het Varken van Madonna est en fait le quatrième évènement cinématographique flamand à monopoliser consécutivement les écrans du nord du pays. Avant lui, il y a d’abord eu Swooni, puis Hasta La Vista (qui termine son très beau parcours) et enfin Code 37 qui casse la baraque depuis près de deux semaines. Adapté d’une fameuse série télé de VTM, ce thriller secouant a mené la vie dure à Tintin. À Gand où se passe l’action, Veerle Baetens et ses amis ont même réduit en bouillie pour chat le jeune reporter à la houppette. 500.000 spectateurs est désormais un objectif minimum pour ce blockbuster hyper médiatisé qui devrait en toute logique supplanter Rundskop sur le fil.

 

Le 16 novembre, l’omniprésent Olivier Gourmet sort les flingues avec Tomer Sisley, Julien Boisselier, Joey Starr et Serge Riaboukine dans un polar anthracite filmé au Canon 5D  et principalement en Belgique par le chef op de… Clint Eastwood. Ce premier thriller du français Frédéric Jardin se déroule quasi en temps réel dans un dancing où truands, flics et ripoux pourchassent une valise de coke et du pognon. Le scénario était palpitant et, apparemment, sa transposition à l’écran s’est déroulée sans souci : les rumeurs sont assez enthousiastes. Le 16 novembre est aussi une date importante pour Cinevox, puisque c’est ce mercredi-là que sort le Grand Écran n°7 qui mettra à l’honneur un nouveau réalisateur belge, David Lambert, en train de tourner son premier long métrage : Hors Les Murs.

 

Une semaine plus tard, le 23, arrivera dans les trois régions, l’Envahisseur de Nicolas Provost, triomphateur du festival de Gand.  Le même jour, mais en Flandre et à Bruxelles seulement, Lena de Christophe Van Rompuy.

 

DÉCEMBRE

 

En décembre, les productions belges francophones se feront discrètes pour échapper à la déferlante des grands films américains familiaux.  Le 14 décembre, on découvrira pourtant Les Tribulations d’une Caissière avec Déborah François en tête d’affiche. Adapté d’un bestseller français, cette comédie dramatique (qui est avant tout un vrai feelgood movie, façon Bridget Jones) devrait constituer une chouette alternative aux blockbusters calibrés pour les fêtes.

 

[Déborah et ses collègues : c’est la fête du miel au supermarché]

 

Au Nord,  deux divertissements flamands se risqueront à l’affrontement contre les grosses machines américaines: le 14 Frank Van Mechelen proposera Groenten uit Balen et la semaine suivante face à Alvin et les Chipmunks 3, KFD balancera un Mega Mindy formaté pour les vacances de Noël. On rêve de voir des distributeurs avoir le choix de prendre ce genre d’initiative en Wallonie. Mais les publics flamands et wallons sont hélas incomparables.

 

2012

 

Pour ceux qui se demanderaient quand ils vont pouvoir les visionner en salle, il n’est pas trop tôt de préciser que Fils Unique, Au Cul du Loup, JC comme Jésus Christ et le tonitruant Il Était une fois une Fois avec Charlie Dupont et Jean-Luc Couchard sont prévus chez nous au début 2012.

 

Les trois premiers se sont dévoilés au FIFF namurois.  Les premières projections privées du dernier listé ont rassuré les fans : la comédie belgo-trash que nous vous avons présentée en hyper exclusivité dans notre Grand Écran n°3 est semble-t-il une totale réussite, niveau Dikkenek ou C’est Arrivé près de chez vous. Ce délire ne fera donc pas l’unanimité, mais  la plupart d’entre nous risquent de voir leurs zygomatiques mis sérieusement à contribution. Très impatients de vous faire découvrir le duo Dupont-Couchard dans un grand film populaire, nous vous préparons une petite friandise en partenariat Scope Picture pour entamer l’année nouvelle de la meilleure façon qui soit. En riant aux éclats !

 

[Koen De Graeve, acteur principal de Tot Altijd lors de la présentation du cast à Gand]

 

A cette période, nos amis du Nord sortiront également une de leurs plus belles cartouches : Tot Altijd. Le deuxième bébé de Nic Balthazar ouvrira 2012 dans toutes les grandes villes flamandes. Les privilégiés qui ont déjà vu le film parlent de film majeur. Pour avoir dévoré le scénario de ce mélodrame qui est surtout un formidable hymne à l’amitié et à la vie, nous ne sommes guère étonnés de cet engouement.

Que ces quelques mois d’attente vont nous sembler longs…

 

 

Check Also

Ce-qui-nous-lie

« Ce qui nous lie », interroger la parentalité

Avec Ce qui nous lie, son premier long métrage documentaire, Sonam Larcin se penche sur …