Brussels Short Film Festival
Pour faire Courts

En décembre dernier, le Be film festival a fait l’évènement à la Cinematek et au Bozar. Une démonstration de force avec des salles bien pleines et une ambiance décontractée. Tout cela en l’honneur du cinéma belge. Magnifique !

Ceux qui y ont assisté se souviendront longtemps de la formidable avant-première de Torpedo dans la grande salle des Bozar archi-comble et de la standing ovation qui a suivi. Cette manifestation appelée à prendre encore de l’ampleur dans les années à venir est une organisation d’Un Soir … Un Grain qui s’est donné pour mission depuis 1998 de promouvoir l’Art (et le cinéma en particulier) en favorisant rencontres entre le public et les professionnels. L’activité la plus connue de cette remuante ASBL est le Brussels Short Film Festival.
Pour vous en rendre compte par vous-mêmes, on vous offre d’ailleurs des places ici. Proposition valable jusqu’à jeudi 26 à minuit.

 

 

Le Brussels Short Film Festival est la manifestation belge de toutes les révélations : tous ceux qui font aujourd’hui l’actualité du cinéma belge y sont passés et y ont secoué les spectateurs.  En 1999, Bouli Lanners présentait son premier court métrage : Travellinckx (photo). Dominique Standaert,  aussi. En 2000, Cécile de France y reçoit son tout premier prix d’interprétation. Etaient également en compétition : Fabrice du Welz, Abel et Gordon ou Sam Garbarski, Folle cuvée en vérité.
En 2001, retour en compétition de Bouli Lanners. On découvre Olivier Masset-Depasse, Philippe Blasband et la Suissesse Ursula Meier qui fit récemment tourner Olivier Gourmet dans Home.

 

En 2002, on a vu Joachim Lafosse. En 2004, un certain Michaël R. Roskam révélation de 2011 avec Rundskop. En 2005, Nicolas Provost et Matthieu Donck dont on reparlera inéluctablement lors de la prochaine cérémonie des Magritte.  C’est au BSFF qu’ont débuté Nabil Ben Yadir et Micha Wald et de jeunes acteurs comme, Jérémie Renier ou Anne Coesens

 

Cette année, le BSFF fête son quinzième anniversaire. Et le fait en grandes pompes du 26 avril au 8 mai dans une série de lieux prestigieux à travers Bruxelles. Tout commencera d’ailleurs par un ciné-concert… 3D. Retour de Flamme en relief dans la salle Henry Le Bœuf du Palais des Beaux-Arts.

Bien que la technique du cinéma en relief n’ait été officiellement mise au point que depuis les années 30, la soirée Retour de Flammes 3D va proposer des films en relief tournés de 1900 à nos jours. Celui de Louis Lumière, par exemple : l’entrée en gare de La Ciotat.  Disney, Mc Laren, Charlez Browers et bien d’autres ont utilisé cette technique.

Ce spectacle insolite et magique qui recréera l’ambiance des toutes premières projections sera animé par Serge Bromberg qui s’improvisera bonimenteur et présentera chaque film, puis les accompagnera lui-même au piano. Comme à l’époque.

 

Autre événement incontournable « La nuit du court », programmée au Vendôme le lundi 30 avril (veille du 1er mai férié donc) de 22h à 3h ! On y verra des courts drôles, décalés, festifs, des clips… Bref, de quoi vous tenir éveillés jusqu’aux petites heures ! Et pour les malheureux noctambules qui n’auraient pas pu se déplacer, La RTBF-La Deux et BeTV proposent une nuit de courts spécialement pour eux !

 

Mais vous savez que ce qui nous intéresse chez Cinevox, c’est le cinéma belge et ses artistes. Et du ciné belge, il y en aura beaucoup pendant cette manifestation. Au bout d’une sélection draconienne, la compétition nationale de court métrage comportera 36 films répartis en six programmes, projetés à la fois à Flagey et au Vendôme selon un calendrier sophistiqué que vous pouvez découvrir ici.

 

Dans la section Best of court : le programme numéro 2 est lui aussi consacré aux réalisateurs belges, certains qui ont fait une grande carrière en long, d’autres pas (encore), mais qui ont pour point commun d’avoir réussi des courts très frappants.  (ici)

 

3 programmes seront consacrés aux meilleurs courts européens récompensés dans les plus grands festivals. À côté de The Wholly family de Terry Gillian on trouvera naturellement Dimanches de notre compatriote Valery Rosier, Magritte du court métrage 2012.

La compétition internationale sera articulée autour de 12 modules pour un total de 62 films. Chacun est diffusé trois fois et le détail est accessible via cette page.

 

[Sac de Nœuds de Eve Duchemin]

 

La programmation est tellement riche et variée, tellement impressionnante, qu’il ne nous est pas possible de dresser ici un topo complet. Pour avoir une vue complète des différentes sections, n’hésitez pas à visiter le site fort bien pensé et plus particulièrement cette page panoramique . La grille globale reprenant toutes les projections dans les différents lieux est à voir à consulter ici.

 

Et n’oubliez pas que si les plaisanteries les plus courtes sont souvent les meilleures, ça vaut aussi parfois pour les films.

 

Check Also

Jamais deux sans trois pour Coppola ?

Francis Ford Coppola a présenté son nouveau Megalopolis à Cannes en Compétition Officielle (photo © …