Be smart, Be Film festival

Dans la grande vague enthousiaste qui porte le cinéma belge depuis deux ou trois ans, le Be Film festival bruxellois a rapidement trouvé sa place auprès de l’autre festival bleu blanc belge, celui de Moustier, et bien sûr à côté des Magritte et de Cinevox avec qui il partage d’ailleurs désormais le même sponsor principal.

 

Stratégiquement programmé en fin d’année, le Be Film Festival est l’occasion rêvée de faire un bilan complet des meilleures sorties belges de l’année écoulée. Projet national, il se paie en outre le luxe de mêler les longs métrages francophones et flamands. C’est donc l’instant ou jamais de (re)voir les meilleures œuvres diffusées chez nous pendant les douze derniers mois… et de découvrir en exclusivité quelques films qui ne sortiront qu’en 2013. Dans d’exceptionnelles conditions de confort puisqu’une partie des projections ont lieu au Bozar et l’autre à la Cinematek.

 

Cerise sur le gâteau, si la tendance de l’an dernier est confirmée, ces projections se dérouleront à nouveau devant des salles remplies, ce qui reste le moyen idéal d’apprécier un film dans un véritable esprit de communion. Le souvenir de la Première de Torpedo dans la grande salle de Bozar pleine à craquer est gravée dans les mémoires de tous les cinéphiles présents ce soir-là.  Émouvant, vraiment (voir photo).

 

 

Cette année,  le festival aura  un air un peu plus festif encore puisque ses organisateurs l’ont coincé entre les deux réveillons, du 26 au 30 décembre. Un pari pour une manifestation qui s’adresse donc à tous ceux qui n’ont pas envie de profiter des premières neiges pour recharger leurs accus.

 

Parlant de fêtes et donc de la proximité de Noël, les programmateurs ont frappé fort cette année encore avec une ouverture explosive. Certes, quelques centaines de cinéphiles belges ont déjà vu le film au FIFF ou à la préouverture du Ramdam festival tournaisien, mais c’est la toute première fois que le nouveau long métrage de Vincent Lannoo sera projeté à Bruxelles. C’est dire que les tickets pour cette séance inaugurale risquent de s’arracher comme des cougnous un matin de réveillon.

Si vous êtes des habitués de Cinevox, vous savez tout le bien qu’on pense d’Au Nom du Fils (c’est bien de lui qu’on cause), tir nourri à la mitrailleuse lourde contre les dérives de certains ecclésiastique. Un film-choc, formidablement mis en scène et interprété. Si vous ne nous suivez que depuis peu, n’hésitez pas à découvrir l’article que nous avions publié pendant le FIFF namurois (ICI)

 

 

 

Fin décembre, nous reviendrons naturellement sur le programme complet, au jour le jour, mais sachez que le BFF vous permettra notamment de savourer Dead Man talking, The Broken Circle Breakdown, A Perdre la raison, Mobile home, De Leur vivant, 38 Témoins…  Entre autres friandises. Plus deux Cinevox Happenings bilingues pour les formidables Tot Altijd de notre parrain Nic Balthazar et Mobile Home de François Pirot.

Tout le programme est à découvrir ICI !

 

 

A côté d’Au Nom du Fils, Twa Timoun de Jonaz d’Adezki, Welcome Home de Tom Heene et Silence Radio, moyen métrage documentaire de Valery Rosier (Magritte 2012 du meilleur court métrage) seront les trois autres avant-premières au proposée en cette fin d’année.

 

Le samedi 29, ultime initiative enthousiasmante, tous les courts métrages sélectionnés pour les Magritte 2013 seront projetés au Bozar dans l’après-midi. L’occasion pour les professionnels qui n’auraient pas encore voté (le premier tour se termine le 31) et pour un public friand de découvertes de visionner ces perles dans des conditions idéales : sur grand écran.

 

Astrid Whettnall était déjà présente l’an dernier pour présenter Little Glory du même réalisateur Vincent Lannoo (photo P.P.)

 

Le BFF c’est aussi la possibilité de croiser l’essentiel des forces vives du cinéma belge dans un cadre convivial, autour d’un pot, par exemple. Au poste cette anne pour présenter leur film ou voir ceux des autres : Astrid Whettnall, Philippe Nahon, Nic Balthazar, Koen De Graeve, Patrick Ridremont, Joachim Lafosse, Marion Hänsel, François Pirot, Tiny Bertels et Serge Riaboukine. Notamment.

 

Le vendredi à partir de 21h30, les mélomanes testeront avec bonheur leurs connaissances musicales lors du blind test consacré aux musiques de films. Et notamment aux musiques de films belges !

 

Enfin, le 30 dès 23h, soirée de clôture et DJ Sets : avec aux platines quelques invités étonnants : Tom Heene, Valéry Rosier, Serge Riaboukine et Géraldine Doignon. Seront-ils aussi à l’aise sur scène que derrière une caméra ?

 

Bref vous l’avez compris: si vous aimez le cinéma belge (et pourquoi seriez vous sur ce site si ce n’était pas le cas?), le Be Film festival est un passage obligé en cette fin d’année. Un oasis de chaleur humaine au milieu de l’hiver. Plaisir 110% garanti.

Check Also

Sam Mendes va réaliser quatre films sur les Beatles !

Le réalisateur Sam Mendes (American Beauty, Skyfall, 1917…) vient d’annoncer qu’il allait réaliser quatre films …