Vu du FIFF
Envies et devoir pour deux de nos stars

Après Les Géants qui ouvraient vendredi le festival et la compétition de la plus belle des manières, le FIFF accueille ce week-end deux longs métrages de prestige qui ont en commun plusieurs particularités :  ils sont français, réalisés par deux des artistes parmi les plus brillants, exigeants et personnels qu’on puisse voir aujourd’hui et (c’est la raison de leur présence sur ce site qui, s’il n’est pas intégriste, tient néanmoins à l’orthodoxie de sa démarche) : ils s’appuient tous deux sur un acteur principal belge.

 

L’Exercice de l’État de Pierre Schoeller (Versailles), que nous avons déjà évoqué ici repose en grande partie sur une prestation étourdissante d’Olivier Gourmet : charismatique, bigger than life et pourtant si humain; passionné, mais fragile, peut-être.

Toutes nos envies de l’incontestable Philippe Lioret (Welcome, Je vais bien ne t’en fais pas…), confronte à Vincent Lindon une Marie Gillain plus touchante que jamais. Juste, sobre, décidée, naturelle; terriblement émouvante dans son refus même de prêter le flanc à la pitié.

 

Voir ces deux acteurs qu’on aime tant exploiter sans retenue toutes les subtilités de leur palette respective est un plaisir incroyable. Et s’ils le font dans des films très différents on peut néanmoins mettre en exergue quelques points communs dans leur thématique : le sens du devoir, le rejet du fatalisme et la course contre le temps, terrible, inexorable, sans pitié.

 

Nous reviendrons sur ces deux longs métrages majeurs lorsqu’ils arriveront sur nos écrans, en novembre donc, mais puisqu’ils sont tous les deux visibles à deux reprises ce week-end dans la capitale wallonne, nous ne pouvons résister à la tentation de vous en dire tout le bien que nous pensons.

 

Vous pouvez lire ICI notre enthousiasme sur L’Exercice de l’État notamment à voir  samedi à 18h15 et dimanche à 15h15 au Caméo. Et ICI, la passion que nous inspire Toutes nos envies que vous découvrirez en primeur, samedi à 21h15, dimanche à 20h et même lundi à 13h15 à l’Eldorado.

 

Faites-vous plaisir, cédez au désir.

 

Check Also

« Julie zwijgt »: to speak or not to speak

Leonardo van Dijl présentait ce samedi en première mondiale à la Semaine de la Critique …