Quand l’apocalypse climatique résonne à travers le cinéma…

De plus en plus de personnalités hollywoodiennes prennent position sur ces préoccupations. Et le cinéma entend oser de son poids sur le débat…

De Soleil Vert en 1973 (Avec le fameux « Soleil Vert » en substitut alimentaire puisque toutes les ressources naturelles ont été épuisées.) au Jour d’après (et son ère glaciaire – photo) en passant même par l’animation (Wall-E) à la comédie dramatique (Don’t Look Up), les modifications climatiques ont souvent inspiré le cinéma.

Preuve avec Leonardo DiCaprio, qui avait profité de la sortie de Don’t Look Up. « Je vois ces dirigeants mondiaux qui s’engagent à minima. Mais comme dans le film, l’heure tourne », avait-il expliqué au site Deadline. Et continuant sur sa lancée : « Je crois qu’il existe une anxiété planétaire liée au fait que les pouvoirs en place, le secteur privé, les gouvernements, n’opèrent pas la transition énergétique assez vite. Nous arrivons à un moment où il faut agir comme si c’était la Seconde Guerre mondiale. J’entends beaucoup de gens dire que la technologie va tout arranger. Mais nous manquons de temps. Nous avons des réponses avec les énergies renouvelables et des moyens de faire la transition. Et le secteur privé et les gouvernements doivent travailler ensemble. Et nous, les citoyens, nous devons faire en sorte qu’il s’agisse d’une des premières priorités lors des élections, pas la priorité 6 ou 7. Nous devons voter pour des gens qui sont sensibles à cette question et qui prennent la science au sérieux. Nous ne devrions pas avoir un seul élu, à n’importe quel niveau, qui n’écoute pas la science, en particulier aux Etats-Unis. Nous sommes les pires pollueurs de la planète par habitant, les scientifiques le disent depuis des décennies. Nous devons être exemplaires pour que le reste du monde nous suive. Votez pour des gens qui sont sains d’esprit. Je pense que c’est aussi le rôle d’un acteur de prendre position sur ce sujet. Et j’espère modestement peser un peu dans le débat. »

Et James Cameron en avait rajouté une couche lors de la sortie d’Avatar 2 : « Je pense que tous les artistes ne définissent pas leur rôle de la même façon. Certains ne se sentent pas du tout concernés par les problèmes sociaux ou immédiats du monde. D’autres, comme moi, se sentent concernés, mais en parlent par le biais du divertissement, de l’imaginaire, de la science-fiction. On fait un pas de côté, on part dans un autre monde pour pouvoir observer de l’extérieur nos valeurs et les choses qui comptent pour nous. C’est ce que je veux faire. D’autres réalisateurs s’attaquent directement à la question et dédient un film au problème, que ce soit le racisme, le sexisme ou autres. Alors, le cinéma peut-il aider à faire bouger les choses ? J’espère que oui. On le saura vite… »

Check Also

Christian Bale dans Frankenstein !

Le film sera réalisé par Magie Gyllenhall, qui s’est inspirée du roman de Mary Shelley: …