Hors Les Murs :
La belle équipée cannoise

Passée l’angoisse de l’attente, le plaisir de l’accueil.

La présence de Hors Les Murs à Cannes, nous l’avions pronostiquée en découvrant pour la première fois le film (lire ici), mais rien jamais n’est assuré : de très grosses productions qui espéraient le Festival pour rencontrer les professionnels et les médias en sont encore à se demander pourquoi elles sont finalement restées sur le carreau.

 

 

Pour son premier film, David Lambert pouvait donc légitimement se réjouir de cette magnifique reconnaissance; la Semaine de la Critique étant le choix le plus logique pour cette histoire d’amour âpre et radicale, cadrée au millimètre et interprétée avec une incroyable conviction par deux jeunes acteurs qui catalysent l’attention du spectateur.

 

Encore fallait-il que la présentation du film à l’espace Miramar se déroule parfaitement. On a vu des films attendus, reniés par le public et sombrer dans l’oubli en quelques heures. Et des jeunes réalisateurs ranger leurs rêves de gloire au placard après avoir été accueillis par des huées haineuses. Ou une indifférence glaciale.

 

Rien de tout cela heureusement pour l’équipe de Hors les murs, venue en force pour rencontrer les spectateurs. Sur place donc : David Lambert,  les trois producteurs belges français et canadiens, le chef of Mathieu Poirot-Delpech et les principaux acteurs du film : Matila Malliarakis, Guillaume Gouix, Mélissa Désormeaux-Poulin et David Salles.

La première présentation est prévue à 11h30 et très rapidement on sent que tout se passe bien.

 » La salle a formidablement bien réagi »,  confirme David Lambert juste après la projection. « On sentait l’émotion et on a entendu des rires, juste là où je les attendais. Après la projection, certains m’ont dit qu’ils avaient été touchés par les personnages. C’est une très belle récompense pour tout ce travail. »

 

 

 

 

 

La salle bien pleine salue, en effet, le générique final par de longs applaudissements et David, toujours théâtral, tombe  à genoux devant ses deux principaux acteurs dont tout le monde loue l’incroyable prestation.

L’après-midi, l’équipe la consacrera aux photos de presse et aux interviews. Et se retrouvera pour une deuxième projection à 17h30. Là, une autre belle surprise: le bouche à oreilles a bien fonctionné et la salle est prise d’assaut. A l’issue du film, cinq longues minutes de standing ovation entérinent les bonnes vibrations matinales. Et l’équipe de se tomber dans les bras sous les applaudissements. Il y a des larmes sur les visages, l’émotion est à son apogée. Le bonheur est total.

 

 » Il est comblé. », commente  Camille Choteau dans Gala. « David Lambert très ému, et soulagé, vient de présenter son film à son public: «ce dimanche 20 mai, à 11h 20. Je m’en souviendrai.» Autour de lui, ses acteurs Guillaume Gouix (Jimmy Rivière, Et Soudain tout le monde me manque) et Matila Malliarakis (Adèle Blanc-Sec) qui l’embrassent chaleureusement et l’applaudissent. La projection de Hors les Murs est terminée. David Lambert a fait une entrée réussie à Cannes.

David Lambert a mélangé trois histoires d’amour personnelles en une et nous tient en haleine avec les aventures de ce couple grâce au montage et à la mise en scène dignes d’un film d’action. Les deux acteurs crèvent l’écran. Leur complicité leur a permis de jouer les scènes d’intimité de façon très juste. »

 

 

« Et le moins que l’on puisse dire, c’est que son premier film est un coup de maître, d’une intensité rare. », confirme Allo Ciné. « Cette réussite, il la doit à un scénario travaillé, des personnages complexes et un humour osé qui apporte une légèreté bienvenue. Il la doit aussi à ses acteurs, Guillaume Gouix (Jimmy Rivière, Poupoupidou) et le plus méconnu Matila Malliarakis dont l’alchimie est indéniable. Vous l’aurez compris, Hors les murs est un vrai coup en plein coeur. »

 

 

A Cannes, Hors les Murs peut prétendre à un prix spécifique à la Semaine de la Critique, mais il participe aussi à la Caméra d’or qui récompense le meilleur premier film, toutes sections confondues et pourrait très bien décrocher la Queer Palm, créée en 2010 dans la foulée du Teddy Award qui existe au festival de Berlin depuis 1987 et du Queer Lion de Venise remis pour la première fois en 2007. Un jury de journalistes, d’organisateurs de festivals de cinéma, d’artistes et de professionnels du cinéma y récompense un film pour ses qualités artistiques et son traitement des questions gay, lesbienne, bi ou trans ainsi que sur son traitement décalé des questions de genre.

Dans cette vidéo, Julie Gayet explique pourquoi elle a tenu à présider cette troisième édition du prix.

 

 

Et cette folle journée cannoise de se terminer par une fête échevelée. Puisque tout sur la Croisette se termine en musique, un verre à la main.

 

Hors les Murs a trouvé un distributeur français, mais à ce stade la sortie en Belgique est toujours en cours de négociation après que le distributeur qui avait mis une option sur le film ait préféré se retirer peu convaincu de son potentiel. C’était avant le buzz cannois évidemment. Tout le monde peut se tromper. Et l’heure n’est pas aux commentaires sardoniques dans le camp belge. Au contraire!

« Ce film ça a été une vraie rencontre humaine avant de poser un acte artistique »,  conclut David Lambert, plus heureux que jamais. « Il faut prendre du temps et ça demande du partage avant d’aller chercher ce genre d’émotions au niveau du ventre. »

 

[toutes les photos et réactions sur place par Maryline Laurin]

Check Also

« Julie zwijgt »: to speak or not to speak

Leonardo van Dijl présentait ce samedi en première mondiale à la Semaine de la Critique …