Bientôt les Magritte
Cinevox prend la température des nominés

À quelques jours des Magritte du cinéma, Cinevox a interrogé quelques nominés qui participent pour la première fois (ou peu s’en faut)  à ce genre de manifestations prestigieuses.

Au menu, deux questions rituelles:

  1. Comment te sens-tu à l’approche des Magritte ?
  2. Quelles chances te donnes-tu de l’emporter?

La bonne nouvelle est que l’enthousiasme est réel. L’excitation aussi. Pour le détail, plongez dans leurs réponses ci-dessous.

 

Jeanne Dandoy
(est nominé dans la catégorie « Révélation de l’année » pour sa composition dans Rundskop)

 

 

1. Comment je me sens à l’approche? Heu, mais tout va bien… Je suis juste un peu déçue de pas pouvoir assister à toute la soirée mais « c’est pour la bonne cause » puisque je joue au théâtre ce soir-là (Théâtre National, Exils une création de Fabrice Murgia).

Ça aurait été plus gai d’être là avec toute l’équipe de Rundskop, oups, Tête de Boeuf, pour suivre tout ça en direct… Donc là ça va juste être un tout petit peu surréaliste parce que je joue un personnage pour lequel j’ai un maquillage de grande brûlée, donc directement après le spectacle je vais foncer au démaquillage et ça va me prendre assez longtemps de me refaire une tête potable… enfin une tête qui aille avec une jolie robe… Donc voilà ce sont des choses très pratiques à organiser… enfin, quand on sait qu’on arrive en retard quoi…

(ndlr. Même topo pour David Murgia frère de Jeanne dans Rundskop, lui aussi au théâtre qui arrivera sur le tard… voir sa réaction plus bas)

2. Les chances… Oh là là, mais quelle question…
Je ne vois pas les choses comme ça. Simplement, je suis extrêmement touchée d’être nominée déjà, donc merci infiniment pour cette douce surprise! Et puis, je sais que ça peut faire sourire (et ça m’a fait sourire) que je sois nominée au titre d’espoir, vu mon âge, mais en fait c’est assez beau. Oui c’est assez beau d’être encore un espoir à mon âge, en ayant commencé si tard au cinéma. C’est vrai que j’ai démarré ma carrière d’actrice au théâtre il y a 15 ans mais le cinéma ça fait très peu de temps, alors sincèrement, ça m’émeut cet espèce de titre (dans la nomination), même si c’est juste symbolique, je sais… Et je pense aussi que les autres jeunes femmes qui sont nominées au même titre que moi ont toutes l’air merveilleuses, et ce serait faire injure à leur talent que d’essayer d’y mesurer quoi que ce soit, me semble-t-il.


Vanja d’Alcantara
(Beyond The Steppes est nominé dans la catégorie « Meilleur film »)

 

 

1. Je suis très excitée. L’an dernier, je n’étais pas en Belgique, j’étais même très loin d’ici. Du coup, je n’ai quasi pas entendu parler des Magritte, mais là, c’est très différent. Depuis deux mois tout le monde dans le métier évoque ce fameux coffret qui renferme tous les films de l’année. C’est un double plaisir: ça permet de découvrir tout ce qui s’est fait dans l’année dans ce pays et c’est pour moi l’occasion que mon film soit vu par beaucoup de gens. On dirait que ça a porté ses fruits puisque Beyond The Steppes est nominé dans la catégorie « Meilleur Film » alors qu’il n’était pas le plus médiatisé des longs métrages proposés. C’est formidable

2. C’est un très très grand honneur d’être en aussi bonne compagnie. Face à La Fée, aux Géants, et au Gamin au Vélo, Beyond the Steppes est clairement l’outsider et ça me va très bien. Et ça ne veut pas dire que je n’ai pas de chances de l’emporter. Si tous les votants, font leur boulot, visionne les quatre films et les jugent sur les seuls critères objectifs, alors, pourquoi pas? Si on le regarde avec la tête et avec le cœur, je pense que mon film n’a pas moins de chances que les trois autres. D’autant que le film n’est nommé qu’une fois. Je pense que c’est un avantage : si on l’aime on ne peut voter pour lui que dans cette catégorie. Alors, quisait… J’irai donc à la cérémonie sans attente, mais avec confiance. C’est un premier long métrage et c’est déjà fabuleux de me retrouver là. Le reste, c’est du bonus.

 

 

Isabelle De Hertogh
(nominée dans la catégorie « Meilleure actrice » pour Hasta La Vista)

 

 

1. J’avoue que je sens que ça approche. Je me sens comme légèrement tourneboulée…. rire… un rien de trac quand mêêême. Je me rends compte que j’ai beaucoup de chances depuis le début de cette belle aventure! Et je profite de chaque instant de « cette fête » qu’est le cinéma depuis le premier jour où j’ai su qu’il me choisissait pour le rôle de Claude dans Hasta.

C’est vrai que ça fait déjà quelques années que je tourne, mais là il y a comme une accélération palpitante dans le travail et j’adore ça!! C’est un métier tellement excitant, intense, le cinéma, dur aussi parfois. Je suis tellement heureuse que Geoffrey Enthoven m’ait fait confiance, et Mariano Vanhoof aussi bien sûr!! Je ne les remercierai jamais assez de m’avoir ouvert cette porte et puis de m’avoir aussi présentée à mes 3 potes de tournage, de formidables acteurs : Gilles De Schryver, Robrecht Van Den Thoren et Tom Audenaert.

Quel pied ce mélange de culture, je me rends compte qu’y a un tel potentiel dans le mélange, dans la différence. À tout point de vue! Je les aime mes copains de Hasta la vista, ça c’est sur … Je n’oublierai jamais ce qu’on a vécu ensemble! Le cinéma c’est quand même une des seules raisons pour laquelle je me lève d’un bond avec le sourire et un rien d’anti cernes à 4H30 du matin pour foncer au HMC en sachant que j’ai dormi 3 heures (comme toute l’équipe d’ailleurs) parce que chaque soir il y a le pot des Belges, le pot de l’équipe son, le pot des acteurs, … et que c’est si bon de vivre tout ça avec une équipe pendant plus de 2 mois. C’est aussi ça le ciné : c’est la rencontre.

 

2. La remise des Magritte pour moi fait partie de cette aventure. Je suis tellement heureuse d’avoir été choisie et donc nominée aux côtés de merveilleuses personnalités comme Lubna Azabal que j’ai croisé lors de nos études au Conservatoire de Bruxelles. Lubna est une formidable actrice si intense. Et puis, je suis une grande admiratrice de cette femme et actrice incroyable qu’est Yolande Moreau. Sans parler de Cécile de France… Quand je retrace son parcours, il me laisse sans voix; entre autres pour Soeur sourire de Stijn Coninx.

Alors? Est-ce que j’ai une chance de remporter de Magritte? J’imagine que oui… Peut-être… On verra bien… Je ne pense pas que gagner soit si important. Ce qui est certain c’est que la plus belle victoire c’est celle d’avoir la chance de faire ce métier fabuleux, on gagne notre vie en racontant des histoires et en rencontrant des gens passionnants, c’est fou, non? Longue vie au cinéma belge ! HUGH

 

Erika Sainte

(nominée pour Elle ne Pleure pas elle chante dans la catégorie « révélation féminine de l’année)

 

 

1.  Je me sens bien à quelques jours des Magritte, je suis contente d’y assister cette année (j’ai voulu y aller l’année dernière mais c’était impossible). Je suis surtout fière d’en faire partie.

2. Ma fille me dit que c’est moi qui vais « gagner ».  Pour le reste, oui, ça me ferait plaisir, mais je suis surtout contente que grâce à cette nomination, le film soit vu par pas mal de gens.  Je pense que cette visibilité est déjà très importante et précieuse, que je sois ou non « espoir féminin 2012 ».

 

Tania Garbarski

(nominée pour Quartier lointain dans la catégorie « meilleure actrice dans un second rôle)

 

 

1. Je me sens grippée aujourd’hui, 🙂 mais néanmoins ravie de faire la fête au Cinéma Belge! C’est une manifestation que je soutiens totalement et que je trouve importante, car les Belges connaissent trop mal leur propre cinéma!

 

2. Je ne me pose sincèrement pas la question, car je n’en reviens déjà pas d’être nominée! Honnêtement l’aspect « compétition » n’est pas trop mon  » dada  » et je m’en fous un peu. Mais bon, il est évident que je ne bouderai pas mon plaisir non plus si je ramène un prix sur ma cheminée. Bref, que du plaisir!

 

 

David Murgia
(nominé pour Rundskop dans la catégorie « révélation masculine de l’année »)

 

 

1. À l’approche des Magritte, je suis plongé dans le Chagrin des Ogres, le premier spectacle de mon grand frère, que nous reprenons en sillonnant la France. Une représentation, un débat, des villes et des publics toujours différents. Aujourd’hui en Bretagne, demain en Normandie. Une très belle aventure. On peut donc dire qu’à l’approche des Magritte, je me sens plutôt bien, je me sens… Au travail !

 

2. Quelles sont mes chances de l’emporter? Je n’y prête pas vraiment grande attention. Et à vrai dire, je n’en sais trop rien. Le rôle de ‘Bruno Scheepers enfant’ dans Rundskop est un travail de 4 ou 5 jours de tournage. Le petit Thomas Doret a dû en porter une trentaine sur ses épaules, pareil pour Martin. Ils étaient tous les deux remarquables au milieu d’un film fort. Je me permets au passage de les féliciter.

Mon travail était différent. Attaquer et investir un rôle comme celui que m’a offert sur un plateau d’argent Michael Roskam est déjà suffisamment riche et grand pour un comédien. C’était une expérience précieuse, je m’en contente amplement. Et puisque j’ai salué les deux plus jeunes espoirs je salue aussi le plus vieux, mon rival préféré, Romain David que je connais mieux. Acteur formidable au cinéma et au théâtre. On sort tout juste du Signal du promeneur, la première création de notre collectif d’acteurs, avec nos trois autres compères. C’est drôle de se retrouver là! « Je vous salue bien bas Franci, j’ai voté pour vous, j’espère bien que vous avez voté pour moi! »

 

 

Raf Keunen
(nominé pour la meilleure musique pour Rundskop)

 

[photo by Maarten Vanden Abeele]


1. Le fait que les nominés ont été sélectionnés par des professionnels, qui travaillent sur le terrain, et le fait qu’ils sont nombreux, fait que les nominés aussi bien que les gagnants seront choisis sur la base de leurs qualités professionnelles. Une reconnaissance pareille est pour moi la plus rassurante .

 

2. Qu’est-ce que ça veut dire, ‘la meilleure musique originale’? Il y a plusieurs paramètres qui ne parlent pas nécessairement de la musique telle quelle. On juge le fait que la musique colle bien avec les images, ou plutôt que la musique a des qualités en soi? Je me rends compte que la musique que j’ai écrite pour Rundskop n’est pas très ‘facile’ et ne contient pas de thèmes reconnaissables (ce qui était un choix intentionnel). Elle se trouve plutôt dans ‘l’atmosphère’. En tout cas, je serai très reconnaissant si on évalue la musique, ensemble avec l’atmosphère du film.

 

 

Thomas Doret
(nominé pour Le Gamin au Vélo dans la catégorie « révélation masculine de l’année »)

 

 

1.  Je suis un peu stressé, car c’est la première remise de prix ou je suis en compétition et j’ai encore quelques jours devant moi. Je suis assez impatient tout de même

 

2. Je ne sais pas trop, je n’aime pas me fixer des chances comme ça. Je préfère partir sans aucune conviction de gagner et, peut-être, être surpris le jour J.

 

 

 

Check Also

Un nouveau « Seigneur des Anneaux » en 2026 !

Andy Serkis, interprète de Gollum, va réaliser, et toujours dicter ses mouvements au personnage en …