38 Témoins de Lucas Belvaux
Rotterdam, Havre de paix?

Ce mercredi 25 janvier est à marquer d’une pierre blanche: non seulement sortent deux films belges attendus qui couvrent l’entièreté du territoire et se complètent à merveille (Au Cul du Loup et Tot Altijd), mais 38 Témoins, le nouveau drame du Belge Lucas Belvaux ouvre le 41e festival de Rotterdam.

 

Une ville portuaire à la nuit tombée. Un meurtre sauvage.  Personne n’a bougé. Personne n’a rien vu? Pierre, marin qui a renoncé au long cours, par amour, prétend être rentré plus tard. C’est ce qu’il affirme à sa campagne qui était en voyage d’affaires. Mais la réalité est différente. Pierre était bien dans son appartement. Et le remords le ronge.  Alors que la justice est prête à étouffer le scandale, une journaliste décide de remuer le couteau dans la plaie. Avec l’aide du repenti?

 

©-Kris-Dewitte

Sélectionné pour l’ouverture du prestigieux festival de Rotterdam le 25 janvier, 38 témoins coproduit en Belgique par Artémis excite notre curiosité. 38 témoins est le titre définitif de Une Nuit, coécrit et mis en scène par Lucas Belvaux d’après un livre de Didier Decoin. Ce drame simenonien se déroule au Havre, ville prisée par Abel & Gordon, mais également Kaurismaki. Mais la tonalité est ici infiniment plus sombre.

 

©-Kris-Dewitte

 

Lucas Belvaux, peut pourtant passer du rire aux larmes. Mais il a ici choisi un ton grave.

Aujourd’hui, il est un de nos metteurs en scène les plus cinglants et radicaux pour observer au plus près les petites lâchetés des êtres humains qu’il asticote et dissèque. Né en 1961, il a d’abord travaillé comme acteur, à la télévision et au théâtre. Il y a notamment joué sous la direction de réalisateurs prestigieux comme Claude Chabrol, Chantal Akerman, Jacques Rivette, Olivier Assayas… Puis dans quelques-uns de ses propres films. Ce n’est pas le cas ici.

 

©-Kris-Dewitte

 

Après Rapt, qui lui a valu une légitime nomination aux César, Yvan Attal retrouve Lucas pour un personnage, à nouveau sombre et torturé. À l’origine, Charlotte Gainsbourg devait lui donner la réplique, mais celle qui est son épouse dans la vraie vie a renoncé in extremis au rôle et c’est donc finalement Sophie Quinton (Poupoupidou) qui incarne la compagne tout à coup suspicieuse. Natacha Rénier, Patrick Descamps, Philippe Résimont et Nicole Garcia complètent le casting.

 

Directeur du festival de Rotterdam, Rutger Wolfson justifiait ainsi son choix lors de la conférence de presse de présentation : « Lucas Belvaux nous livre un film magnifiquement écrit et réalisé. Il est bouleversant et donne à réfléchir. Il nous montre très clairement comment peuvent naître la peur et la honte. Comme dans son triptyque de 2002 (Cavale / Après la vie / Un couple), puis dans Rapt en 2009, Belvaux sait capturer la complexité de la vie à travers des films très personnels. »

 

©-Agatfilms

 

Le Festival international de Rotterdam qui se déroule jusqu’au 25 février est le principal festival de film aux Pays-Bas. C’est aussi une des manifestations culturelles majeures là-bas. Sa programmation est aujourd’hui reconnue comme une des plus exigeantes et des plus originales du circuit des festivals mondiaux. Le fait qu’il se positionne au calendrier juste avant Berlin installe d’ailleurs une réelle concurrence entre les deux évènements. D’autant qu’il draine un public conséquent et de nombreux acteurs de l’industrie du film d’art et d’essai.

 

En Belgique, 38 Témoins sort le 14 mars. Comme Cloclo. Fameuse journée en perspective.

 

 

Check Also

« Fuga » en première mondiale à Edimbourg

Fuga, le nouveau film de Bénédicte Liénard et Mary Jiménez sera dévoilé en première mondiale …