… Jean-Luc Couchard, Amélie Van Embt et Marc Zinga

Le plus connu de nos acteurs comiques, la plus jeune de nos réalisatrices de long métrage et celui qui sera forcément une des révélations de 2013.

Leurs points communs?  Ils sont belges et nous parlent de 2013

 

 

 

[Photo Amiel Pierquin]

 

Jean-Luc Couchard

Acteur déjanté dans Il était une fois une fois et Dead Man Talking, Jean-Luc Couchard a aussi tourné un film en Suisse sur un registre moins débridé. Les articles consacrés à Win-Win ont été les plus lus de l’année sur Cinevox. Confirmation ICI.

 

Je viens de finir enfin une première ébauche de mon premier scénario de long que j’ai écrit avec Sébastien Rensonnet. Je l’ai rendu au producteur et j’attends des nouvelles! Évidemment l’envie c’est que ça puisse se faire assez vite! Croisons les doigts! Il s’agira en tous cas d’une comédie sociale.

En mai prochain, je commence le tournage d’un premier film belge, signé Patrick Glotz. Le scénario est très chouette et j’ai un des rôles principaux. Olivier Vanhoostat et Olivier Legrain (Dikkenek) on également écrit un nouveau scénario qu’ils m’ont envoyé. Il pourrait se tourner au printemps et ce serait un plaisir de retourner avec ces deux fous du cinéma belge.

Et ce n’est pas tout: au programme, j’ai aussi un film français qui serait réalisé par un Québécois. Là aussi le scénario est déjanté et je jouerais un des deux rôles principaux avec mon ami Mourad Zegendi. Héléna Noguerra  ferait partie du casting. Tournage prévu en septembre/octobre au Portugal.

Mon envie n’a pas changé depuis qu’on s’est vu sur le tournage de Il était une fois une fois : je voudrais participer à un film d’époque. Mais aussi travailler avec Maiwenn, Frédéric Beigbeder ou Olivier Marchal. Et puis aussi avec plein d’autres évidemment. Dont des réalisateurs belges. Confirmés ou débutants.

 

[Photo FIFF]

 

Amélie Van Elmbt

Venue de nulle part, portée par son enthousiasme, elle a chamboulé 2012, la tête la première. Quand l’audace et le talent, la volonté et la créativité se marient aussi bien, on ne peut être qu’emballé.

 

Si 2013 peut faire mieux que 2012…

Un film à Cannes et dans les salles de cinéma.

Sérieusement mon plus grand espoir, ce serait d’arriver à gagner ma vie en me consacrant entièrement à mon métier avec la même sincérité.

Mon plus grand désir de cinéma, c’est de continuer à réaliser des films avec une équipe et des acteurs formidables.

De continuer d’échanger et d’apprendre.

Mon plus grand projet, top secret!

 

[Dans le clip « Bottoms Up » de Peas Project – réalisation Maxime Pistorio – à voir ICI]

 

Marc Zinga

On voit de plus en plus souvent le chanteur de Peas Project sur les écrans, petits ou grands.  En 2013, il va vivre une expérience déterminante aux côtés de Benoit Poelvoorde sur le plateau de Benoît mariage.

 

Nous attaquons le film de Benoît Mariage en janvier, c’est un grand moment pour moi. Le scénario est très beau, ma préparation fut conséquente (et je n’ai pas encore fini). Je m’apprête à prendre l’avion pour Abidjan dans quelques heures où j’achèverai ma préparation par un mois d’”immersion”. C’est une expérience particulière, je n’ai jamais connu ça et je crois que toutes les conditions sont réunies pour que ça se passe bien ! (ndlr. Au moment de publier, l’immersion est terminée et le tournage est commencé)

 

Je prends chaque jour un peu plus la mesure de cette chance. C’est un projet qui me tient énormément à cœur, il représente beaucoup car c’est, entre autre, l’aboutissement d’une envie commune, depuis quelques années, de travailler ensemble avec Benoît. Sans compter que je suis avant tout, un grand fan de son cinéma !

Et je pars enthousiaste et confiant car nous avons pris le temps, avec Benoît Poelvoorde, de nous confronter au scénario et de s’accorder. Que demander de plus ?!

 

J’espère que l’année prochaine verra la concrétisation d’un autre projet qui m’anime, un autre super scenario, qui sera réalisé par Hubert Kounde. C’est un projet ambitieux, je croise les doigts pour que la mise en production soit une réussite. Affaire à suivre.

 

J’ai également très envie de poursuivre mon parcours naissant dans la réalisation. J’ai terminé, il y a quelques mois, mon premier court métrage, Grand garçon, dont Laurent Capelluto m’a fait l’honneur d’endosser le rôle principal et je collabore avec Eklektik production pour sa distribution dans les festivals.

Je souhaite le meilleur pour mon film et je suis, avant tout, comblé par le résultat de ce travail, accompli en grande partie avec mon co-producteur, chef opérateur et ami, Joachim Philippe. La plus grande qualité de ce film, à mes yeux, est de m’avoir transmis le virus; à présent, je brule d’envie de raconter des histoires par l‘écriture et la réalisation !

 

Donc, pourvu que ça dure!

Pour le reste, je ne sais pas ce que l’avenir me réserve, il y a beaucoup de réalisateurs belges et étrangers dont j’apprécie le travail et avec qui je serais ravi de travailler (sans parler des acteurs et des actrices), et j’ai vécu, ces dernières années de super expériences, dont les  collaborations avec mon ami Maxime Pistorio et ma petite rencontre avec Jaco Vandormael sur Mister Nobody.

Une chose est sûre, si ces deux-là m’appellent, je viens les yeux fermés !

 

Check Also

« Augure » prend la tête des nominations 2024 des Magritte

Après le sacre du Roi Bouli en 2023, les Magritte se cherchent de nouvelles têtes …