… Alain Desauvage, Mathieu Donck, Erika Sainte, Vanja d’Alcantara

Un monteur virtuose, une actrice exceptionnelle et deux réalisateurs ambitieux qui ont envie, pour leur prochain film, de planter leur caméra loin de la Belgique.

Leurs points communs ? Ils sont belges et nous parlent de 2013

 

 

Alain Dessauvage

 

En février 2012, il a décroché le Magritte du meilleur montage pour Rundskop et il n’arrête pas de travailler. Cette année, on lui doit aussi le rythme d’Offline et de Brasserie Romantiek deux grands succès du cinéma flamand.

Pour moi, 2013 c’est d’abord la finalisation et la sortie des deux films néerlandais que j’ai enchaînés. Le premier, De Wederopstanding van een Klootzak (La résurrection d’un salaud) de Guido Van Driel et Hemel op Aarde de Pieter Kuijpers. Wederopstanding est le premier film néerlandais qui aura la chance d’ouvrir le festival de Rotterdam depuis 14 ans. Cet été je commence à travailler sur Paradise Trips de Raf Reyntjens. Le Tax Shelter apporte beaucoup de possibilités, j’espère d’ailleurs collaborer à un long métrage francophone ou français un jour.

Pour le reste je suis curieux de voir la suite des aventures de Michael Roskam et Matthias Schoenaerts à Hollywood, et je croise les doigts pour que Tom Van Avermaet gagne l’Oscar du meilleur court-métrage.

Ces dernières années, le cinéma belge est en excellente forme. Je suis vraiment heureux d’en faire partie.

 

 

Matthieu Donck

 

Avec Torpedo, le jeune réalisateur belge a réussi son entrée dans le cinéma de long métrage. Une sortie chaotique lui a sans doute coûté quelques nominations aux Magritte 2013, ce qu’il aurait largement mérité.  Mais loin de se décourager, Matthieu a clôturé le deuxième tome de sa BD Shrimp chez Dargaud et commencé à envisager la suite de sa carrière de cinéaste.

 

Alors 2013, 2013… Je compte terminer l’écriture et commencer la production de mon prochain long métrage: East.

En parallèle, je me réjouis de tourner un court-métrage au mois de mars et suis aussi en train d’écrire une nouvelle bande dessinée avec Benjamin d’Aoust.

En 2013, j’espère surtout découvrir encore plein de choses: des gens, des films, des histoires.

 

 

Erika Sainte

On pensait que sa formidable prestation dans Elle ne pleure pas elle chante et le Magritte du meilleur espoir féminin qu’elle reçut en récompense allait faire d’elle l’objet de tous les désirs des cinéastes belges. Il n’en a rien été. Allez trouver une logique là-dedans… Fin 2012, Erika est donc remontée sur scène pour un Skylight qui lui a valu de nouveaux éloges de la presse. Qui offrira à nouveau à ce diamant brut un vrai grand rôle à la mesure de son éclat ?

 

Ce que je me souhaite en 2013?

J’aimerais que cette année marque la concrétisation des désirs et des envies qui sont nés en 2012

Entre autres, deux longs métrages, un film de genre et une comédie qui devraient se tourner dans la première partie de cette année. Puis un court aussi qui me tient fort à cœur et qui se tournera au début de l’automne prochain. J’ai surtout envie de continuer à être curieuse. D’aller voir partout, ailleurs. Au cinéma comme au théâtre

 

 

Vanja d’Alcantara

Nommée aux Magritte l’an dernier pour son premier long métrage, Beyond the Steppes, Vanja d’Alcantara prépare la suite. Sans précipitation. Mais avec une vraie ténacité. Car elle n’est pas femme à s’en laisser compter…

 

2013, une année pleine de promesses… Je la souhaite remplie de douceur et de légèreté, je l’espère créative et stimulante. Je veille actuellement à l’avancement de Kokoro, production franco-japonaise qui est une adaptation du roman « Le cœur régulier » d’Olivier Adam. Je travaille aussi au développement du film flamand Toni & Jesus… De beaux projets et de belles collaborations en perspective.

 

 

Check Also

César 2024: les nominations belges!

L’Académie des César vient d’annoncer les nominations de la 49e édition, qui se tiendra le …