Une glace deux saveurs, 100% belge !

C’est l’été, il faut chaud (on rêve là). Vous avez des envies de mer et de cornets aux arômes exotiques? Ne cherchez plus. Cliquez ici et délectez-vous : le grand écran n°12 de Cinevox est arrivé mercredi dans toutes les salles, goûtu, exaltant, aventureux.

 

Tous les mois, Cinevox investit les cinémas avec son nouveau blockbuster. Exagération? Scrutez les chiffres de fréquentation et dites-nous combien de films sont vus chez nous par 800.000 spectateurs en moyenne. Parfois plus en période faste où quand la durée de l’exposition est un peu plus longue.

Ce sera le cas avec ce 13e grand écran de notre histoire : il sort en salles ce mercredi 18 juillet et restera sur les écrans jusqu’au 21 août prochain. En salles pendant 35 jours, cette capsule permettra aux spectateurs de découvrir deux longs métrages belges inédits parmi les plus différents qui puissent se concevoir.

 

La capsule s’ouvre donc sur My Friend Vijay. Un titre qui ne sonne pas très national, mais qui est néanmoins bleu blanc belge à bien des égards. Tout d’abord, il est l’œuvre de Sam Garbarski, un des ténors de la pub chez nous qui s’est reconverti avec succès dans le long métrage depuis une bonne décennie et a enchaîné trois créations marquantes: le Tango des Rachevski, Irina Palm (plus d’1.2 million de spectateurs dans le monde) et Quartier Lointain. Plus ce dernier opus, une comédie dans le ton des grandes fantaisies romantiques hollywoodiennes des années 50.

 

 

Ensuite, le producteur principal est bien belge: la société d’Auderghem Entre Chien et Loup est à l’origine du projet et reste majoritaire même si elle a naturellement rallié à sa cause des partenaires étrangers en l’occurrence Samsa (Luxembourg) et Pandora (Allemagne). Le scénario a été coécrit par Philippe Blasband et on retrouve dans le casting quelques acteurs belges comme Tania Garbarski (à voir demain dans nos director’s cut).

 

 

Le tournage du film s’est déroulé dans trois pays : les États-Unis, l’Allemagne et le Luxembourg avec de nombreux techniciens belges. Et enfin, histoire de boucler joyeusement la boucle, le film sera aussi en partie postproduit chez nous.
Malgré cela, My Friend Vijay a bel et bien été tourné en anglais avec un casting international. Moritz Bleibtreu sera Will/Vijay et Patricia Arquette son épouse.  On croisera aussi  Michael Emperioli (Les Sopranos), Moni Moshonov (habitué des films de James Gray), Danny Puddi ou des guests de luxe comme Hanna Shygulla. De quoi assurer au film une visibilité maximale et d’excellentes ventes internationales

 

 

À l’autre bout du spectre de production, avec un budget qui doit représenter moins de celui… d’un jour de tournage de My Friend Vijay, notre grand écran vous propose La Tête la Première, déjà le phénomène de l’année.

Filmé avec quelques (formidables) acteurs, bénévoles pour l’occasion, et une poignée de techniciens tout aussi altruistes cette love story, véritable road movie plein de fantaisie et empreint d’une fureur de vivre très contagieuse s’est retrouvée projetée sous les feux de l’actualité avec une sélection cannoise inattendue.  Du coup, la Fédération Wallonie/Bruxelles organisa une projection. Dès la fin de la séance très achalandée, l’attachée de presse fut submergée de demandes d’interviews : David Murgia, omniprésent à l’écran avait frappé les imaginations comme rarement. Présente dans la salle, la jeune réalisatrice namuroise Amélie Van Elmbt était également l’objet de toutes les sollicitations.

 

 

Depuis lors, ce film qui aurait tout aussi bien pu disparaître dans les greniers oubliés du cinéma belge focalise l’attention: contrairement à beaucoup d’autres longs métrages, La Tête la Première s’est facilement trouvé un distributeur enthousiaste tout à fait adapté à son profil  : Imagine sortira le film le 3 octobre. Pendant le FIFF namurois.

Avec ce grand écran, La Tête la Première hérite de la dernière chose qui lui manquait : un tremplin promotionnel important qui l’emmène à la rencontre de tout le public qui squattera les salles pendant cet été. Autant l’avouer : c’est pour nous un authentique bonheur de prendre une petite place dans cette merveilleuse histoire d’un autre temps, le genre de contes dont on rêve tous, mais qu’on ne rencontre qu’une fois par décennie…

C’est maintenant et c’est ici.

 

Check Also

Ce-qui-nous-lie

« Ce qui nous lie », interroger la parentalité

Avec Ce qui nous lie, son premier long métrage documentaire, Sonam Larcin se penche sur …