FIFI : d’ici et d’ailleurs.

Pour la 39ème année, le FIFI revient à Bruxelles. Du 6 au 10 novembre 2012, et avec une toute nouvelle équipe aux commandes. Le Festival International du Film Indépendant ne change pourtant pas ses objectifs et proposera aux amoureux du cinéma des films inédits des quatre coins du monde. Il présente en outre une compétition internationale de longs métrages et une compétition nationale de courts métrages. Le gala d’ouverture a lieu ce mardi 6 novembre 2012 à Flagey. La clôture est prévue samedi 10 novembre à 19h30 à l’Espace Magh.

 

Chaque année, le FIFI met en avant la création cinématographique d’un pays pour dévoiler son univers artistique. Pour sa 39e édition,  le public belge est invité à se plonger dans le cinéma et la culture du Liban. Pour débuter dans le vif du sujet, c’est la diva Jahida Wehbe qui ouvrira la manifestation,  juste avant que les spectateurs découvrent Blind Intersection de Lara Saba.

 

 

Voyage à travers les cinémas du monde, le FIFI n’oublie pas bien sûr le cinéma indépendant… belge. Le Sac de Farine de Kadija Leclere, à l’honneur dans notre Grand Écran actuellement diffusé en salles, a été retenu pour la compétition internationale. Il sera projeté en présence de Hafsia Herzi (qu’on voit dans notre capsule). Le premier long métrage de Kadija Leclere sera notamment confronté à des œuvres turques, marocaines ou libanaises dans un cadre à très forte coloration méditerranéenne, donc.

 


Pour épingler les lauréats de l’évènement, un jury de sept personnalités sera présidé par le réalisateur philippin Brillante Mendoza, devenu un habitué du Festival.  Il sera accompagné de deux fidèles de Cinevox : Jean-Luc Couchard (Il était une fois une fois, Dead Man Talking, Belgique – ci-dessus) et Isabelle De Hertogh (Hasta La Vista, Belgique – ci-dessous). A leurs côtés, Anne-Laure Bell (journaliste,France), Fabrice Boutique (acteur, Belgique), Nicolas Crousse (journaliste, Belgique) et Chadi Haddad (acteur, Liban).

 

 

Douze courts métrages belges ont par ailleurs été retenus pour la compétition nationale. Sans distinction de langue ou de communauté, ces films de fiction ou d’animation seront l’occasion de découvrir l’univers créatif de la nouvelle génération du cinéma belge. La séance unique est programmée mercredi 7 novembre 2012 de 16h à 19h45 au Vendôme et vous pouvez découvrir l’intégralité de la sélection ICI.

 

Au-delà des projections, une série d’animations plus ou moins ludiques, mais toujours à haute teneur culturelle sont également prévues : deux tables rondes s’attarderont sur les projets de coproduction belgo-libanaise et sur le cinéma et la surdité, thème cher au FIFI depuis plusieurs années. Brillante Mendoza qui préside le jury international du Festival gratifiera le public bruxellois d’une Master Class fort prometteuse.

 

 

Le festival rendra des hommages par le biais de deux Lifetime Achievement in Film Awards. L’un sera remis à Mohamed Majd une des figures emblématiques du cinéma marocain et l’autre au producteur belge Patrick Quinet (ci-dessus aux Magritte, photo iMagellan), président de l’UPFF et patron d’Artémis Productions. On lui doit des films comme La femme de Gilles, La Régate ou Tango Libre qui sort en salles ce mercredi. Il coproduit également des longs métrages étrangers comme Les chevaux de Dieu qui vient de recevoir l’Epi d’or au festival de Valladolid et arrivera sur nos écrans en février 2013. Patrick Quinet est aussi connu pour être le créateur des Magritte du cinéma belge. Le FIFI tenait à lui témoigner sa reconnaissance pour le rôle majeur qu’il a joué dans le développement de notre 7e art ces dix dernières années.

 

Pour renforcer sa mission éducative et son impact pédagogique, le FIFI se veut encore une fois très accessible. Faisant fi de l’inflation, il propose toutes les séances à 3 euros, à l’exception des seuls galas d’ouverture et de clôture qui coûteront 5 euros. Un pass valable tous les jours pour tous les films (sauf pour l’ouverture, la projection d’Andalousie mon amour au Daarkom et la clôture) est disponible contre 15 euros. Démocratique, non?

 

Check Also

« Il pleut dans la maison », le dernier été

Remarquée avec son magnifique documentaire Petit Samedi, présenté à Berlin, lauréat du Magritte, et du …