Claude François Jr
Il était une fois… un fils.

Claude François Jr a joué un rôle essentiel dans la production de Cloclo, le film, qui retrace la vie de son père. En 1993, conscient que le catalogue de son père est une mine d’or, parfois indûment pillée par des artistes moyens, ou exploitée à tort et à travers, il relance les mythiques disques Flèches. Depuis lors, il gère le patrimoine familial, avec beaucoup d’acuité et d’intelligence. Il a été de l’aventure depuis le tout début et s’occupe encore aujourd’hui (avec un vrai brio) de la promotion de ce biopic fort attendu qui pourrait être un des blockbusters de l’année. Nous l’avons rencontré à Bruxelles et interrogé sur sa participation à l’élaboration du personnage de Cloclo, mais également sur le travail de Jérémie Renier, la pertinence de son jeu et sa ressemblance avec son père.

 

Au début des années 2000, Jérémie Renier fut approché pour la première fois par Antoine De Caunes pour incarner Cloclo. Ce projet n’a pas abouti, mais lorsqu’on reparle d’un biopic il y a quelques années, le nom de l’acteur belge revient à la surface. Comme une évidence. Pour Claude François Jr, le choix ne s’est jamais posé. Pour lui il n’y avait pas d’alternative : vidéo

Né en 1981, Jérémie Renier n’a bien sûr jamais connu Cloclo. Il lui a donc fallu se nourrir non seulement du scénario, des émissions télé, des enregistrements, mais aussi du témoignage de personnes qui avaient fréquenté l’idole. Parmi lesquels l’aîné de ses fils… même si celui n’était pas forcément le mieux placé pour en parler dans le détail : vidéo

Reste que Claude François Jr est resté très attentif sur un point : la façon dont Jérémie Renier étreignait ses enfants, une des particularités de Claude senior que son fils n’oubliera jamais : vidéo

 

 

Imaginer un acteur dans la peau de son père est une chose. Le découvrir pour la première fois à l’œuvre en est une autre. Claude François Jr se souvient avec précision du premier contact visuel avec cette réalité alternative, dorénavant incontournable dans l’inconscient collectif. Vidéo

 

Au contact de la production depuis ses tout débuts, Claude François Jr a vécu une expérience foncièrement différente de celle du spectateur lambda. Il n’a pas bien sûr pas découvert le film terminé comme un uppercut au menton. Mais a eu le temps de s’habituer progressivement au choc final :  vidéo

 

 

Grâce au film, l’idole devrait bénéficier d’une nouvelle jeunesse et d’un nouveau public. Plus qu’Édith Piaf avec La Môme ou que Gainsbourg avec le biopic de Joann Sfar, Cloclo risque bien dès aujourd’hui d’avoir une double image dans l’inconscient collectif: celle de Claude. Mais aussi, celle de Jérémie. Claude François Jr en est bien conscient, mais pour lui, c’est tout sauf un problème : vidéo

Et  si le monde a dorénavant deux Cloclo, c’est un peu comme si Junior avait tout à coup deux pères. Au moment de le quitter, nous en pouvons résister à la tentation:

« Vous avez l’air de bien vous entendre avec Jérémie », lui fait-on remarquer. « Vous arrive-t-il de l’appeler papa? » Et Junior de nous laisser sur un définitif : « Seulement quand il m’appelle fiston ».

 

Check Also

INTERVIEW: Olivier Gourmet nous parle des « Tortues » de David Lambert

Rencontre avec Olivier Gourmet, acteur généreux mais rare dans les médias, qui nous parle du …